Hiérarchisation des traitements de la transpiration excessive localisée

Les traitements de la transpiration excessive localisée ou hyperhidrose essentielle se sont longtemps résumés à quelques conseils d’hygiène de vie et à la prescription de pommades dont l’effet était plus psychologique que pharmacologique. Les personnes souffrantes de cette transpiration excessive devaient à cette époque se résigner et vivre avec cette infirmité. Depuis quelques dizaines d’années, des traitements efficaces sont apparus. Il existe actuellement un consensus d’experts qui définit une hiérarchie dans l’utilisation de ces différents traitements.

Les traitements de l’hyperhidrose sont hiérarchisés

Les traitements de la transpiration excessive localisée ou hyperhidrose essentielle se sont longtemps résumés à quelques conseils d’hygiène de vie et à la prescription de pommades dont l’effet était plus psychologique que pharmacologique. Les personnes souffrantes de cette transpiration excessive devaient à cette époque se résigner et vivre avec cette infirmité. Depuis quelques dizaines d’années, des traitements efficaces sont apparus. Il existe actuellement un consensus d’experts qui définit une hiérarchie dans l’utilisation de ces différents traitements.Hiérarchisation des traitements de la transpiration

Parmi ces traitements, certains ont des effets secondaires ou un coût non négligeable. Il ne serait donc pas raisonnable de proposer, un traitement lourd avec des effets indésirables imprévisibles, ou coûteux, à un patient sans avoir testé au préalable un traitement plus léger.

Voici ces préconisations en fonction de la localisation de la transpiration :

• Hyperhidrose axillaire isolée (transpiration des aisselles)

• Hyperhidrose palmaire isolée (transpiration des mains)

  • Sels d’aluminium.
  • Si échec, ionophorèse à l’eau du robinet.
  • Sinon, toxines botuliniques (hors AMM = non remboursée).
  • Formes sévères ayant échoué aux traitements précédents et après information des patients sur les effets secondaires : sympathectomie endoscopique transthoracique.

• Hyperhidrose mixte axillaire et palmaire (aisselles et mains)

  • Traitements de l’hyperhidrose palmaire isolée.
  • Formes sévères en cas d’échec des traitements classiques et après information des patients sur les effets secondaires : sympathectomie endoscopique transthoracique.

• Hyperhidrose plantaire (transpiration des pieds)

  • Hygiène locale rigoureuse ; recommander des chaussures adaptées.
  • Sels d’aluminium.
  • Sinon, ionophorèse à l’eau du robinet.
  • Si échec, injections intradermiques de toxine botulinique au dermojet (hors AMM = non remboursée).

2 pensées sur “Hiérarchisation des traitements de la transpiration excessive localisée”

  1. Pourquoi ne pas mentionner l’extraction des glandes sudoripares pour l’hyperhidrose axillaire qui semble avoir moins d’effets secondaires que la sympathectomie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *