L’homme et la femme ne transpirent pas de la même façon au cours de l’effort

L’homme et la femme ne transpirent pas de la même façon au cours de l’effort. Des chercheurs Japonais ont évalué la différence de réponse des glandes sudoripares chez l’homme et la femme au cours d’un exercice physique d’intensité croissante. Dans cette étude, ils ont aussi évalué la réponse des glandes sudorales en fonction de l’entraînement sportif du sujet.

La transpiration est différente chez l’homme et la femme

L’homme et la femme ne transpirent pas de la même façon au cours de l’effort. Des chercheurs Japonais ont évalué la différence de réponse des glandes sudoripares chez l’homme et la femme au cours d’un exercice physique d’intensité croissante. Dans cette étude, ils ont aussi évalué la réponse des glandes sudorales en fonction de l’entraînement sportif du sujet.

Sur un total de 37 participants, il y avait 10 sportives, 10 non sportives, 8 sportifs et 9 hommes non sportifs.

L'homme et la femme ne transpirent pas de la même façon à l'effort
A l’effort l’homme et la femme ne transpirent pas de la même façon

Chaque sujet devait effectuer une épreuve d’effort standardisée à 35, 50 et 60 % de sa capacité maximale d’effort théorique pendant une heure. La production moyenne de sueur était mesurée sur le front, la poitrine, le dos, les avant-bras et les cuisses.

La quantité moyenne de sueur produite fut significativement plus importante chez les sujets sportifs des deux sexes par rapport aux sujets non sportifs.

L’augmentation de la sudation chez les sportifs fut supérieure chez les hommes entraînés à celle des femmes sportives lors des exercices intenses. Cette augmentation de la sudation était principalement due à un accroissement de la production de sueur par chaque glande sudorale dans les deux sexes.

Cependant,  on note une différence sexuelle de l’adaptation à l’exercice physique, en effet, chez les hommes entraînés ou non, ainsi que chez les femmes entraînées, l’augmentation de la sudation est principalement due à un accroissement de la production de sueur par toutes les glandes sudoripares alors que chez la femme non entraînée, on assiste à une augmentation du recrutement du nombre des glandes sudorales actives.

On en conclut que l’entraînement sportif augmente la production sudorale et qu’il existe une différence entre les sexes. La différence entre les sexes s’accentue avec le degré d’intensité de l’activité physique, de plus, on constate chez la femme non entraînée non seulement une augmentation de la production sudorale de chaque glande, mais aussi une augmentation du nombre des glandes recrutées c’est-à-dire, chez la femme non entraînée, on obtient une réponse maximale du système sudoral que dans les situations extrêmes où la température du corps ou l’intensité de l’effort est supérieure à celle des autres groupes.

Sex differences in the effects of physical training on sweat gland responses during a graded exercise. Tomoko Ichinose-Kuwahara,  Yoshimitsu Inoue,  Yoshiko Iseki, Sachi Hara,  Yukio Ogura,  Narihiko Kondo Experimental Physiology, Volume 95, Issue 10, pages 1026–1032, October 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *