De grandes oreilles pour moins transpirer

La Gerboise a de grandes oreilles pour réguler sa température corporelle
Gerboise à longues oreilles

La transpiration régule la température

La transpiration est un moyen performant pour réguler la température corporelle chez l’homme. En effet, si la température du corps augmente, à la suite d’un effort ou d’une maladie, un mécanisme de régulation se met en route pour faire baisser cette température. On appelle cette régulation l’homéostasie. Ainsi, si la température du corps augmente, sous le contrôle du système nerveux sympathique, les glandes sudoripares vont sécréter plus de sueur. En s’évaporant, l’eau contenue dans la sueur emporte avec elle des calories, ce qui provoque une diminution de la température corporelle.

Ce mécanisme de régulation n’existe pas chez tous les animaux et pour ceux dont la température corporelle doit rester constante, d’autres mécanismes doivent être utilisés.

La transpiration refroidit, mais elle implique une déshydratation

La déshydratation est une perte d’eau et cela peut avoir des conséquences chez les animaux vivants dans un milieu où l’eau est rare.

La Gerboise à longues oreilles

C’est un rongeur qui vit dans les déserts asiatiques. C’est l’animal qui a les plus longues oreilles rapportées à la taille de son corps. En effet, ses oreilles mesurent environ 5 cm pour un corps d’environ 10 cm, ce qui représente un rapport de 50 %.

La Gerboise vivant en milieu désertique doit économiser l’eau dans cet environnement où cette ressource est rare, aussi pour maintenir la température de son corps constante, elle utilise une autre méthode pour sa thermorégulation.

Les oreilles de la Gerboise sont grandes et fines et parcourues par de nombreux vaisseaux sanguins.

Celles-ci se comportent comme des échangeurs de chaleur ; le sang qui circule dans les vaisseaux des oreilles se refroidit au contact de l’air. S’il fait chaud, les vaisseaux se dilatent et une grande quantité de sang circule. Ce mécanisme refroidit le corps de l’animal. S’il fait plus froid, la nuit par exemple, les vaisseaux se contractent et le sang circule moins, la chaleur ne s’évacue plus.

D’autres mammifères utilisent ce moyen de régulation et l’on constate dans ce cas que la taille de leurs oreilles est corrélée à leur environnement. Ainsi l’éléphant d’Afrique a des oreilles plus grandes que l’éléphant d’Asie, car son habitat est plus chaud.

Ainsi, pour la thermorégulation, utiliser ces oreilles est une bonne alternative à la transpiration quand il est nécessaire d’économiser l’eau dans un environnement où celle-ci est rare.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.